La méfiance vis-à-vis du culte marial catholique dans de nombreuses dénominations protestantes entraîne généralement une indifférence quant aux apparitions mariales, voire un scepticisme qui pousse à les attribuer à l’action du diable.

Tout ce que nous devons savoir pour être sauvés nous a été révélé par Jésus-Christ une fois pour toutes (Jude 3 ; He 1, 1-2). Dieu est néanmoins libre de permettre des manifestations extraordinaires telles que les apparitions de la Très Sainte Vierge Marie. Et ce n'est pas pour que nous les ignorions sous le prétexte de refuser d'exercer notre devoir de discernement (1 Th 5, 19-21). Il nous rappellerait ce proverbe : « Nous vous avons joué de la flûte, et vous n'avez pas dansé ! Nous avons entonné un chant funèbre, et vous ne vous êtes pas frappé la poitrine » (Mt 11, 17) !

1. Les apparitions et les visions sont possibles selon la Bible

Même si « Satan lui-même se déguise bien en ange de lumière » (2 Co 11, 14), cela ne signifie pas que toute manifestation extraordinaire vient de lui. Dieu l'avait jadis annoncé à travers le prophète Joël : « Je répandrai mon Esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront, vos anciens auront des songes, vos jeunes gens, des visions. Même sur les esclaves, hommes et femmes, en ces jours-là, je répandrai mon Esprit » (Jl 3, 1-2).

Les Apôtres ont eu des visions, des extases. Voici quelques exemples :

  • « Pierre tomba en extase. Il voit le ciel ouvert et un objet, semblable à une grande nappe nouée aux quatre coins, en descendre vers la terre. Et dedans il y avait tous les quadrupèdes et les reptiles, et tous les oiseaux du ciel. Une voix lui dit alors : "Allons, Pierre, immole et mange." Mais Pierre répondit : "Oh non ! Seigneur, car je n'ai jamais rien mangé de souillé ni d'impur !" De nouveau, une seconde fois, la voix lui parle : "Ce que Dieu a purifié, toi, ne le dis pas souillé." Cela se répéta par trois fois, et aussitôt l'objet fut remporté au ciel » (Ac 10, 11-16) ;

  • saint Paul écrit : « Il faut se glorifier ? (cela ne vaut rien pourtant) eh bien ! j'en viendrai aux visions et révélations du Seigneur. Je connais un homme dans le Christ qui, voici quatorze ans – était-ce en son corps ? Je ne sais ; était-ce hors de son corps ? Je ne sais ; Dieu le sait – cet homme-là fut ravi jusqu'au troisième ciel. Et cet homme-là – était-ce en son corps ? Était-ce sans son corps ? Je ne sais, Dieu le sait –, je sais qu'il fut ravi jusqu'au paradis et qu'il entendit des paroles ineffables, qu'il n'est pas permis à un homme de redire » (2 Co 12, 1-4) ;

  • le livre de l'Apocalypse rapporte les visions de l'Apôtre Jean : « Moi, Jean, votre frère et votre compagnon dans l'épreuve, la royauté et la constance, en Jésus. Je me trouvais dans l'île de Patmos, à cause de la Parole de Dieu et du témoignage de Jésus. Je tombai en extase, le jour du Seigneur, et j'entendis derrière moi une voix clamer, comme une trompette : Ce que tu vois, écris-le dans un livre pour l'envoyer aux sept Églises... » (Ap 1, 9-11).

L'attestation la plus claire d'apparitions de saints, c'est-à-dire, de personnes qui sont mortes et qui sont au ciel, vient du récit de la transfiguration : « Jésus prend avec lui Pierre, Jacques, et Jean son frère, et les emmène, à l'écart, sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux : son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. Et voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s'entretenaient avec lui » (Mt 17, 1-3).

Saint Jean a vu aussi des personnes qui sont admises au ciel dont Marie, Mère de Jésus :

  • « Un signe grandiose apparut au ciel : une Femme ! Le soleil l'enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête ; elle est enceinte et crie dans les douleurs et le travail de l'enfantement. Or la Femme mit au monde un enfant mâle, celui qui doit mener toutes les nations avec un sceptre de fer » (Ap 12, 1-2.5) ;

  • « Lorsqu'il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui furent égorgés pour la Parole de Dieu et pour le témoignage qu'ils avaient rendu. Ils crièrent d'une voix puissante : "Jusques à quand, Maître saint et vrai, tarderas-tu à faire justice, à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ?" Alors on leur donna à chacun une robe blanche en leur disant de patienter encore un peu, le temps que fussent au complet leurs compagnons de service et leurs frères qui doivent être mis à mort comme eux » (Ap 6, 9-11) ;

  • « Après quoi, voici qu'apparut à mes yeux une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, de toute nation, race, peuple et langue ; debout devant le trône et devant l'Agneau, vêtus de robes blanches, des palmes à la main, ils crient d'une voix puissante : "Le salut à notre Dieu, qui siège sur le trône, ainsi qu'à l'Agneau !" Ce sont ceux qui viennent de la grande épreuve : ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l'Agneau » (Ap 7, 9-10.14).

Rien ne permet de dire que les apparitions, les songes et les visions devaient prendre fin avec la mort des Apôtres, d'autant plus que les autres signes extraordinaires (guérisons et autres miracles) devraient continuer partout où il y aura des croyants (Mc 16, 17-18).

2. Nécessité d'un discernement

Les Saintes Écritures disent que des manifestations extraordinaires sont possibles, mais doivent être discernées :

  • « N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie ; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le » (1 Th 5, 19-21) !

  • « Bien-aimés, ne vous fiez pas à tout esprit, mais éprouvez les esprits pour voir s'ils viennent de Dieu, car beaucoup de faux prophètes sont venus dans le monde » (1 Jn 4, 1).

Le discernement peut être rapide comme il peut prendre du temps. Lorsqu'un point de l'apparition ou de la vision est contraire à l'enseignement de la Bible ou à la foi chrétienne, elle est classée immédiatement comme ne venant pas de Dieu, selon le mot de l'Apôtre : « Eh bien ! Si nous-même, si un ange venu du ciel vous annonçait un évangile différent de celui que nous avons prêché, qu'il soit anathème ! Nous l'avons déjà dit, et aujourd'hui je le répète : si quelqu'un vous annonce un évangile différent de celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème » (Ga 1, 8-9) !

Lorsqu'il y a une infraction, ce n'est pas tout le monde qui diligente l'enquête, mais des éléments compétents de la police. Il convient donc que le discernement soit organisé par l’Église qui est structurée (1 Co 12, 28) et qui mettra en place un comité d'enquête. L’Écriture dit bien qu'à certains seulement, et non pas à tous, est donné le charisme de discernement des esprits (1 Co 12, 10). Souvent, un certain temps est nécessaire pour observer les fruits de l'apparition. Pendant ce temps, aucune directive ne peut être publiée. Toutefois, même authentifiée par l’Église, un chrétien n'est pas obligé de croire à une apparition pour être sauvé, car ce qu'il faut croire a déjà été transmis par Jésus lui-même. Les apparitions, encore appelées révélations privées, ont seulement pour rôle d'aider les fidèles à vivre plus pleinement leur foi dans un contexte particulier de l'histoire.

Jésus a donné un autre critère de discernement : « C'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Cueille-t-on des raisins sur des épines ? Ou des figues sur des chardons ? Ainsi tout arbre bon produit de bons fruits, tandis que l'arbre gâté produit de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un arbre gâté porter de bons fruits » (Mt 7, 16-18).

Dieu a voulu comme signe d'authenticité que le corps de certains saints qui ont été privilégiés par des apparitions mariales ne soit pas altéré jusqu'à ce jour, des siècles après leur mort. À Fatima, il y a eu la danse du soleil, observée par des dizaines de milliers de personnes. Cela trouve des appuis dans l’Écriture : « Et il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles... » (Lc 21, 25). Lorsqu'à la suite d'une apparition, il y a des millions de conversions, de retour à Dieu et à la pratique religieuse, des guérisons, des réconciliations, etc., peut-on légitimement encore l'attribuer au démon ? Quel intérêt a-t-il à le faire ? Ne combattrait-il pas dans ce cas contre lui-même ? « Dès lors, comment son royaume se maintiendra-t-il » (Mt 12, 26) ?

La difficulté du discernement côté protestant réside dans le fait que dans les apparitions mariales, les messages donnés font généralement référence à des éléments de doctrine largement rejetés dans le protestantisme. Bien souvent, la Vierge Marie demande de prier le Rosaire, de faire pénitence pour réparer les péchés, d'aller à la messe, de se convertir, de prier pour les défunts, d'utiliser certains objets de piété (médaille, scapulaire, etc.). Elle fait parfois allusion à ses titres : Vierge, Mère de Dieu, Mère de l’Église, Immaculée Conception, etc. Par conséquent, un protestant qui voudrait accepter ces apparitions devrait aussi accepter la foi catholique dans son intégralité.


Abbé Kizito NIKIEMA, prêtre de l'archidiocèse de Ouagadougou (Burkina Faso)


À lire aussi : 

Pin It

Tiktok

Facebook

Parolesdevie.bf

Ce site vous est offert par l'Abbé Kizito NIKIEMA, prêtre de l'archidiocèse de Ouagadougou (Burkina Faso).

Back to Top