Contrairement à la pensée courante, la sexualité ne saurait se réduire à l'usage des organes sexuels. La sexualité désigne le mode d'exister, d'être et d'agir, en tant qu'homme ou en tant que femme. Toute personne humaine est sexuée, c'est-à-dire, est mâle ou femelle, et cela dès le premier instant de sa conception. Tout au long de sa vie, cette masculinité ou cette féminité structure son être profond et influence sa manière de se comporter, de penser, de sentir, d'agir, d'aimer, de procréer, de vivre avec les autres.

En outre, la sexualité humaine est plus complexe que celle des animaux. Ceux-ci s'accouplent uniquement en vue de la reproduction, souvent à certaines saisons uniquement, guidés par l'instinct et non par une décision libre et responsable de se livrer à un tel acte. Les animaux n'ont pas la notion d'amour, de fidélité, d'inceste, de pudeur. Leur accouplement se fait toujours de la même manière, sans relation au plaisir.

Par contre, chez l'homme, les relations sexuelles sont normalement le couronnement de l'amour des époux qui se donnent l'un à l'autre, et embrassent toute leur personnalité : leurs sentiments, ce qu'ils voient (beauté de l'autre, son habillement, sa coiffure, son maquillage, etc.), ce qu'ils entendent et ce qu'ils se disent (paroles romantiques, musique, etc.), ce qu'ils sentent (parfum), ce qu'ils touchent, etc.

L'expérience quotidienne montre que hommes et femmes sont blessés dans leur être profond lorsque le sexe est accompli sans amour, ou avec violence, lorsque seul le plaisir est recherché, sans engagement des personnes, surtout lorsque l'un des partenaires se croyait aimé alors que ce n'était pas le cas. Ces blessures affectent inévitablement leur future vie sentimentale et sexuelle.

En plus de l'union intime des époux, la sexualité humaine est aussi ordonnée à la procréation. C'est par là que l'homme et la femme répondent à leur vocation de perpétuer l'espèce humaine : « Dieu les bénit et leur dit : Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre et soumettez-la » (Gn 1, 28). C'est pourquoi l'institution du mariage est le cadre idéal pour l'accueil et l'éducation des enfants et exige des époux qu'ils s'aiment, qu'ils soient fidèles l'un à l'autre, qu'ils s'entraident au quotidien en ayant conscience de leur rôle et de leur mission. Les enfants, même lorsqu'ils sont adultes, sont toujours désemparés par les tensions conjugales de leurs parents, et vivent mal leur divorce.


Abbé Kizito NIKIEMA, prêtre de l'archidiocèse de Ouagadougou (Burkina Faso)


Pin It

Tiktok

Facebook

Parolesdevie.bf

Ce site vous est offert par l'Abbé Kizito NIKIEMA, prêtre de l'archidiocèse de Ouagadougou (Burkina Faso).

Back to Top