Plan de l'article : 1. Position de Justforcatholics.org - 2. Réponse catholique

 

1. Position de Justforcatholics.org

Question 17: En tant que Catholique, on m'a toujours enseigné que la Parole de Dieu comprend la Bible, et la Tradition apostolique. La Tradition est aussi la Parole de Dieu, qui nous a été transmise oralement. L'apôtre Paul a écrit: "Ainsi donc, frères, demeurez fermes, et retenez les instructions que vous avez reçues, soit par notre parole, soit par notre lettre" (2 Thes. 2:15).

Réponse: Vous abordez la différence fondamentale entre le Catholicisme Romain et le Christianisme Evangélique. Pour les Chrétiens, nous devons trouver dans les Ecritures seules tout ce qui contribue à la foi et à la piété. Tandis que le Catholicisme considère que la Parole de Dieu est représentée à la fois par la Bible et la Tradition.

Le mot "Tradition" est employé dans différentes significations. Il est donc important de définir ce que l'Eglise Catholique entend par "Tradition". "Le Concile (de Trente) définit clairement que tout ce qui touche à la vérité et aux règles de la foi sont contenus dans les Ecritures Saintes, ainsi que dans les traditions orales qui nous sont parvenues. Car ces traditions ont été communiquées aux apôtres par la bouche du Seigneur Lui-même, ou par les apôtres, sous l'inspiration du Saint-Esprit. Elles nous ont été ensuite transmises pour ainsi dire de la main à la main". Le Concile de Vatican II ajoute: "La Tradition Sacrée représente la Parole de Dieu transmise par Christ et les apôtres, par le Saint-Esprit, et reprise intégralement par leurs successeurs".

En d'autres termes, la Tradition est un ensemble d'enseignements variés, différents des Ecritures Saintes, qui aurait été parfaitement transmis de génération en génération, par les Papes et les évêques de l'Eglise Catholique.

Vous avez cité 2 Thessaloniciens 2:15 pour fonder ce concept de "Tradition". Mais un examen plus attentif de ce verset nous montre que l'apôtre Paul voulait expliquer quelque chose de différent. Il écrivait aux Chrétiens de Thessalonique, au milieu desquels il avait personnellement œuvré. Il leur dit:

"Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l'Esprit et par la foi en la vérité. C'est à quoi il vous a appelés par notre Evangile, pour que vous possédiez la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ. Ainsi donc, frères, demeurez fermes, et retenez les instructions que vous avez reçues, soit par notre parole, soit par notre lettre" (2 Thes. 2:13-15).

L'apôtre Paul leur avait prêché l'Evangile, et ils avaient cru à la vérité pour être sauvés. A présent qu'il ne se trouvait plus au milieu d'eux, Paul les exhorte à rester attachés à la "parole" qu'il leur avait transmise oralement. Il s'agit des vérités de l'Evangile, et non d'un ensemble d'enseignements variés. Paul avait enseigné ces Chrétiens de deux manières, oralement, et par le moyen de ses lettres.

Il n'y a rien dans ce verset qui puisse faire référence à la parfaite transmission d'un ensemble varié d'enseignements oraux, par une succession d'évêques.

Notre situation est radicalement différente de celle des Thessaloniciens. Ils avaient le privilège d'accueillir un apôtre vivant au milieu d'eux. Nous n'avons plus aucun apôtre aujourd'hui. Ils ont pu entendre un apôtre leur parler. Ce n'est plus notre cas aujourd'hui. Comment pouvons-nous donc apprendre la Parole de Dieu, plusieurs siècles après les apôtres ?

Le Seigneur a préservé et transmis le message des apôtres dans le Nouveau Testament. Il n'y a rien de nouveau ici. De même, les prophètes de l'Ancien Testament prêchèrent la Parole de Dieu aux hommes de leur génération. Mais les générations successives n'eurent accès à leur message que par les livres qui composent l'Ancien Testament. Ils n'y ont rien ajouté. Les Juifs étaient censés trouver la Parole de Dieu dans les Saintes Ecritures et elles seules, pas dans quelque tradition orale parallèle. En fait, le Seigneur Jésus leur reproche, dans Marc 7, d'avoir annulé la Parole de Dieu en la remplaçant par leurs traditions.

De même, nous recevons aujourd'hui les enseignements des prophètes et des apôtres dans les écrits inspirés des Ecritures du Nouveau Testament.

Irénée s'est exprimé ainsi: "Nous n'avons eu connaissance du plan du salut que par ceux qui nous ont transmis l'Evangile. Ils l'ont, en leur temps, proclamé publiquement. Par la suite, selon la volonté de Dieu, ils nous ont transmis ce message dans les Ecritures, pour qu'il devienne le fondement et le pilier de notre foi" (Saint Irénée, Contre les Hérésies, III.1.1). 

© Dr Joseph Mizzi. Used by permission. Source : http://www.justforcatholics.org/fr17.htm (05/04/2020)

2. Réponse catholique : Qu'est-ce que la Tradition de l’Église ?

Jésus ne nous a pas laissé de livre. Il allait de ville en ville, de village en village pour proclamer la Bonne Nouvelle (cf. Lc 8, 1). En montant au ciel, il n'a pas commandé aux disciples d'écrire des livres. Il leur dit plutôt : « Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création » (Mc 16, 16) et c'est ce qu'ils firent. C'est bien plus tard que les premiers écrits ont commencé à apparaître.

Alors, que dire des premiers chrétiens qui vivaient sans tout ou une partie du Nouveau Testament ? Comment avaient-ils accès à la Parole de Dieu, puisque les protestants clament haut au fort la « sola scriptura », c'est-à-dire, que seules les Écritures comptent pour connaître l'enseignement de Jésus-Christ ? Cela signifie-t-il que les premiers chrétiens, qui ont entendu Jésus prêché et qui n'avaient aucun document du Nouveau Testament n'étaient pas de vrais chrétiens ? Ils l'étaient bien pourtant, puisque Jésus était la Parole vivante au milieu d'eux.

Avant donc que les livres du Nouveau Testament ne soient écrits et regroupés tel que nous l'avons aujourd'hui, les chrétiens ont vécu de la « Tradition apostolique » (Tradition avec T majuscule), c'est-à-dire, de la Parole de Dieu prêchée par Jésus, vécue et transmise de génération en génération.

D'ailleurs, tout n'a pas été écrit. Saint Jean finit son évangile en disant : « Il y a encore bien d'autres choses qu'a faites Jésus. Si on les mettait par écrit une à une, je pense que le monde lui-même ne suffirait pas à contenir les livres qu'on en écrirait » (Jn 21, 25). C'est pourquoi il dit dans deux de ses lettres : « Ayant beaucoup de choses à vous écrire, j'ai préféré ne pas le faire avec du papier et de l'encre. Mais j'espère vous rejoindre et vous parler de vive voix, afin que notre joie soit parfaite » (1 Jn 1, 12 ; voir aussi 3 Jn 13-14). Ainsi donc, lorsque les écrits du Nouveau Testament ont commencé à être rédigés, les communautés chrétiennes avaient la Parole de Dieu à travers les écrits, et à travers les instructions orales reçues des Apôtres. Saint Paul souligne l'importance de cette Tradition qu'il faut garder précieusement :

  • « Je vous félicite de ce qu'en toutes choses vous vous souvenez de moi et gardez les traditions comme je vous les ai transmises. » (1 Co 11, 2).

  • « Dès lors, frères, tenez bon, gardez fermement les traditions que vous avez apprises de nous, de vive voix ou par lettre » (2 Th 5, 15).

  • « Or nous vous prescrivons, frères, au nom du Seigneur Jésus Christ, de vous tenir à distance de tout frère qui mène une vie désordonnée et ne se conforme pas à la tradition que vous avez reçue de nous » (2 Th 3, 6).

Le Nouveau Testament a entièrement été écrit en grec. Le mot grec traduit ici par « tradition » est « παράδοσις » (paradosis), employé 13 fois dans le Nouveau Testament. Il est à souligner que les traductions protestantes (Louis Second, etc.) traduisent à dessein ce mot par « instruction » ou « enseignement » dans les versets ci-dessus pour créer le flou sur la question, parce qu'il s'agit de la Tradition apostolique dont parle l’Église catholique, mais maintient la traduction « tradition » dans les autres versets qui parlent de tradition humaines : Mt 15, 2 ; Mt 15, 3 ; Mt 15, 6 ; Mc 7, 3 ; Mc 7, 5 ; Mc 7, 8 ; Mc 7, 9 ; Mc 7, 13 ; Ga 1, 14 ; Col 2, 8.

Tout cela montre comment la Tradition apostolique a été gardée jalousement depuis les premiers siècles jusqu'à nos jours, selon le désir des Apôtres : « Très chers, j'avais un grand désir de vous écrire au sujet de notre salut commun, et j'ai été contraint de le faire, afin de vous exhorter à combattre pour la foi transmise (en grec : παραδοθείσῃ : paradotheisè ; même racine que paradosis) aux saints une fois pour toutes » (Jude 3). Cette Tradition comporte les manières de vivre et de faire des chrétiens depuis les origines. Elle comprend tout ce qui contribue à conduire saintement la vie du peuple de Dieu et à en augmenter la foi et elle est intimement liée à ce qui a été écrit. Car, au fur et à mesure que les livres du Nouveau Testament étaient écrits, se sont glissés d'autres écrits douteux. Les livres qui ont été retenus dans le Nouveau Testament sont ceux qui étaient conformes à la Tradition de l’Église, cette foi vivante des premiers chrétiens. Les livres qui n'étaient pas conformes ont été écartés. C'est pourquoi, l’Église catholique, fidèle à la Bible, se réfère à elle pour tout sujet de la foi et conforte sa position par les écrits des chrétiens, en particulier les saints des premiers siècles.

Pin It

Tiktok

 

Facebook

Parolesdevie.bf

Ce site vous est offert par l'Abbé Kizito NIKIEMA, prêtre de l'archidiocèse de Ouagadougou (Burkina Faso).

TPL_BACKTOTOP