Plan de l'article : 1. Position de Justforcatholics.org - 2. Réponse catholique

 

1. Position de Justforcatholics.org

Question 23: Les théologiens Catholiques disent que le baptême est nécessaire pour être sauvé, selon Jean 3:5 et Marc 16:16. Qu'en pensez-vous ?

Réponse: Aucun des deux passages que vous citez n'enseigne que le baptême d'eau soit nécessaire pour être sauvé. Examinons-les de plus près.

Tout d'abord Jean 3:5: "Jésus répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu" (Jean 3:5).

Quand ils lisent le mot "eau", les Catholiques pensent aussitôt qu'il fait référence au baptême. Ils lisent ce passage de la manière suivante: "Si un homme ne naît pas par le baptême, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu". Cela est surprenant, parce que cela signifierait qu'avant l'institution du baptême chrétien, personne n'avait pu entrer dans le Royaume de Dieu ! Pourtant, Jésus a dit: "C'est là qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents, quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes, dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors" (Luc 13:28). Pourtant, Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes, n'ont jamais été baptisés !

C'est donc une erreur de croire que le mot "eau" fait référence au baptême chrétien. Jésus reproche à Nicodème son ignorance concernant la nouvelle naissance par l'eau et l'Esprit. Quand Nicodème lui demande comment cela peut être possible, Jésus lui répond: "Tu es le docteur d'Israël, et tu ne sais pas ces choses !" (verset 10).

Nicodème était docteur de la Loi. Il connaissait bien les Ecritures de l'Ancien Testament. Selon Jésus, il aurait dû savoir ce que signifie "être né d'eau et d'esprit". Pourtant, l'Ancien Testament ne mentionne pas le baptême chrétien, qui n'avait pas encore été institué par Jésus. Nicodème n'avait aucun moyen de savoir que l'eau dont parlait Jésus faisait référence au baptême. Par conséquent, cela devait signifier autre chose que le baptême d'eau.

En étudiant les Ecritures, nous voyons que l'eau fait référence à la purification de l'âme par le Saint-Esprit et par la Parole de Dieu, lors de la régénération. Dans Ezéchiel 36:24-27, Dieu promet qu'Il purifiera Son peuple par l'eau, et qu'Il lui donnerait Son Esprit. Christ purifie Son peuple par l'eau de la parole (Ephésiens 5:26). Les Chrétiens sont lavés par l'Esprit de Dieu (1 Cor. 6:11).

Prenons ensuite le second passage cité: "Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné" (Marc 16:15-16).

Protestants et Catholiques sont d'accord sur le fait que tous les Chrétiens doivent être baptisés. En ce cens, tous sont d'accord sur la nécessité d'un baptême.

Ils divergent cependant sur les rôles distincts de la foi et du baptême. Les Chrétiens Evangéliques enseignent qu'on est sauvé quand on croit à l'Evangile. On est sauvé par la foi, avant d'être baptisé. Le baptême est donc considéré comme un signe de la réalité spirituelle du salut.

En revanche, les Catholiques enseignent que l'on n'est pas sauvé tant que l'on n'est pas baptisé, même si l'on croit. Ils enseignent qu'un bébé peut être sauvé par le baptême d'eau, avant même d'avoir entendu le message de l'Evangile et de croire personnellement à Jésus-Christ.

Le problème central est donc de savoir si c'est la foi, ou le baptême, qui est l'instrument du salut. Le passage de Marc montre clairement que la foi est le facteur crucial du salut, car Jésus ajoute: "Celui qui ne croit pas sera condamné".

Le fait d'affirmer que la foi n'est pas suffisante pour le salut est contraire aux milliers d'années de l'histoire de la rédemption. Depuis le commencement du monde, jusqu'à l'époque où Jésus a instauré le baptême, tous ceux qui ont été sauvés l'ont été par la foi. Et pourtant, aucun d'entre eux n'a été baptisé.

Lorsque le geôlier de Philippes a demandé ce qu'il devait faire pour être sauvé, l'apôtre Paul lui a répondu: "Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé". Le geôlier crut, et il fut sauvé, selon la promesse de l'apôtre. Ayant été sauvé par la foi, le geôlier fut aussitôt baptisé. C'est le modèle du Nouveau Testament. On commence d'abord par entendre l'Evangile. Tous ceux qui croient sont sauvés. Et tous ceux qui sont sauvés sont baptisés.

© Dr Joseph Mizzi. Used by permission. Source : http://www.justforcatholics.org/fr23.htm (05/04/2020)

2. Réponse catholique

C'est erroné de dire que c'est le fait de lire seulement « eau » en Jn 3, 5 qui fait que les catholiques pensent automatiquement au baptême. Le texte dit bien qu'il faut naître de « l'eau et de l'Esprit ». C'est les deux. Jean-Baptiste baptisait, mais baptisait-il dans « l'eau et de l'Esprit » ? Ne disait-il pas : «  Pour moi, je vous baptise dans de l'eau en vue du repentir ; mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, dont je ne suis pas digne d'enlever les sandales ; lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et le feu » (Lc 3, 16). Le feu est le symbole de l'Esprit Saint (Ac 2, 3).

Lorsque Jésus dit à Nicodème en Jn 3, 10 : « Tu es le docteur d'Israël, et tu ne sais pas ces choses ! » (Louis Second), il faut savoir qu'il y a d'autres traductions, par exemple : « Tu es Maître en Israël, et ces choses-là, tu ne les saisis pas ? » (Bible de Jérusalem). En d'autres termes, Jésus considérait Nicodème comme ayant suffisamment d'intelligence pour comprendre ce qu'il disait.

Il est encore faux d'affirmer que puisque les catholiques professent que le baptême est nécessaire pour être sauvé, alors, ils croient également que ceux qui sont morts avant la naissance de Jésus-Christ sont tous damnés.

Jésus a pris le soin de préciser que certains de ceux qui sans faute de leur part n'ont pas connu Jésus-Christ (et donc aussi le baptême qu'il a institué) sont sauvés, en donnant des exemples de personnes sauvées, lorsqu'il dit : « Là seront les pleurs et les grincements de dents, lorsque vous verrez Abraham, Isaac, Jacob et tous les prophètes dans le Royaume de Dieu, et vous, jetés dehors » (Lc 13, 28).

Cependant, ceux qui ont eu la possibilité de croire et de demander le baptême, mais qui les ont refusés seront damnés : « Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé ; celui qui ne croira pas, sera condamné » (Mc 16, 16).

Lire aussi la réponse à la question : {article Les Saintes Écritures et le Baptême}[link][title][/link]{/article}

Pin It

Tiktok

 

Facebook

Parolesdevie.bf

Ce site vous est offert par l'Abbé Kizito NIKIEMA, prêtre de l'archidiocèse de Ouagadougou (Burkina Faso).

TPL_BACKTOTOP