Paroles de vie

Quel est le vrai sens de la Messe ?

Plan de l'article : 1. Position de Justforcatholics.org - 2. Réponse catholique

 

1. Position de Justforcatholics.org

Question 25: Je suis Catholique. Mais on ne m'a jamais enseigné que la messe était un sacrifice pour le péché, comme vous l'écrivez sur votre site Internet. La messe est la commémoration de la mort de Jésus sur la croix. En fait, Jésus a dit: "Faites ceci en mémoire de moi".

Réponse: Votre question est extrêmement importante. Car beaucoup de Catholiques, comme de Chrétiens Evangéliques, ignorent la nature réelle de la messe dans la doctrine catholique. Beaucoup croient qu'il s'agit d'une simple commémoration du sacrifice de Christ, comme la Sainte Cène que l'on prend dans les églises évangéliques. Pour l'Eglise Catholique, il ne s'agit nullement d'une commémoration ! L'Eglise Catholique Romaine affirme que la messe est un sacrifice réel pour le péché:

"La messe est le sacrifice non sanglant du corps et du sang de Christ... La messe est le même sacrifice que celui de la croix, parce que l'offrande et le sacrificateur sont les mêmes: Christ, notre Sauveur béni. Et le sacrifice de la messe est offert dans le même but que le sacrifice de la croix… Le sacrifice de la croix a été offert dans le but d'honorer et de glorifier Dieu, de Le remercier des grâces accordées au monde entier, de satisfaire la justice de Dieu concernant les péchés des hommes, et d'obtenir toutes les grâces et toutes les bénédictions" (Catéchisme de Baltimore).

"Sur la croix, Christ, notre Pâque, a été offert en sacrifice (1 Cor. 5:7). Ce même sacrifice est répété à chaque messe, ce qui permet de poursuivre l'œuvre de notre rédemption" (Vatican II, Constitution Dogmatique de l'Eglise).

"Il existe dans l'Eglise Catholique un véritable sacrifice, la messe instituée par Jésus-Christ. Ce sacrifice est identique à celui de la croix, car Christ est à la fois le Sacrificateur et la Victime. La seule différence est dans la manière d'offrir ce sacrifice: il a été sanglant sur la croix, il est non sanglant sur l'autel de la messe. La messe est un sacrifice propitiatoire, pour l'expiation des péchés des vivants et des morts, pour lesquels elle est offerte. Christ a ordonné prêtres Ses apôtres, en leur donnant le pouvoir et l'ordre de consacrer Son corps et Son sang, afin de perpétuer et de renouveler Son sacrifice" (Concile de Trente).

"L'Eucharistie est ainsi un sacrifice, parce qu'elle re-présente (rend présent) le sacrifice de la croix" (Catéchisme de l'Eglise Catholique, paragraphe 1366).

Je vous prie donc de bien noter que la doctrine catholique affirme que la messe est vraiment un sacrifice pour le péché. Le but du sacrifice de la messe est de satisfaire la justice de Dieu et d'expier les péchés. L'Eglise Catholique prétend que, durant la messe, le sacrifice de Jésus sur la croix est "poursuivi", perpétué, "renouvelé", et "re-présenté".

Tout cela est en contradiction avec la Bible, qui enseigne que Christ S'est offert Lui-même une fois pour toutes. Ayant accompli notre rédemption, Il S'est assis à la droite de Dieu, et Il intercède pour nous. Il a institué le repas du Seigneur pour commémorer Sa mort, et non comme un sacrifice réel. Veuillez lire les passages suivants tirés de l'épître aux Hébreux. Ils nous prouvent que le sacrifice de Christ à la croix a été suffisant et parfait:

"Car Christ n'est pas entré dans un sanctuaire fait de main d'homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu. Et ce n'est pas pour s'offrir lui-même plusieurs fois qu'il y est entré, comme le souverain sacrificateur entre chaque année dans le sanctuaire avec du sang étranger ; autrement, il aurait fallu qu'il eût souffert plusieurs fois depuis la création du monde, tandis que maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice. Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement, de même Christ, qui s'est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l'attendent pour leur salut" (Hébreux 9:24-28).

"C'est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l'offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes. Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés, lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s'est assis pour toujours à la droite de Dieu, attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied. Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés" (Hébreux 10:10-14).

J'espère que vous vous confiez entièrement en notre Sauveur Vivant pour votre salut, sachant que par une seule offrande parfaite, Il a effacé vos péchés. Vous croyez déjà que l'Eucharistie n'est que la commémoration du sacrifice de Christ, et non un sacrifice réel pour le péché. Je vous exhorte donc à renoncer à l'enseignement de l'Eglise Catholique Romaine, parce qu'il n'est pas conforme à la Bible. Joignez-vous à une église chrétienne, où les saints se réunissent pour partager le pain et le fruit de la vigne, pour commémorer avec reconnaissance le sacrifice de notre Rédempteur, et Le louer pour Son œuvre parfaitement accomplie à la croix.

© Dr Joseph Mizzi. Used by permission. Source : http://www.justforcatholics.org/fr25.htm (05/04/2020)

2. Réponse catholique : Le sacrifice de Jésus pour le pardon des péchés

Pour bien comprendre comment l'unique sacrifice de Jésus sur la croix efface les péchés, il faut lire tous les passages de la Bible qui en parlent. Jésus est bien «  l'agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde » (Jn 1, 29).

La lettre aux Hébreux nous parle de l'unique sacrifice du Christ. « Ce n'est pas non plus pour s'offrir lui-même à plusieurs reprises, comme fait le grand prêtre qui entre chaque année dans le sanctuaire avec un sang qui n'est pas le sien, car alors il aurait dû souffrir plusieurs fois depuis la fondation du monde. Or c'est maintenant, une fois pour toutes, à la fin des temps, qu'il s'est manifesté pour abolir le péché par son sacrifice. Et comme les hommes ne meurent qu'une fois, après quoi il y a un jugement, ainsi le Christ, après s'être offert une seule fois pour enlever les péchés d'un grand nombre, apparaîtra une seconde fois - hors du péché - à ceux qui l'attendent, pour leur donner le salut » (He 9, 25-28).

On lit aussi dans la même lettre aux Hébreux : « Car si nous péchons volontairement, après avoir reçu la connaissance de la vérité, il n'y a plus de sacrifice pour les péchés. Il y a, au contraire, une perspective redoutable, celle du jugement et d'un courroux de feu qui doit dévorer les rebelles. Quelqu'un rejette-t-il la Loi de Moïse ? Impitoyablement il est mis à mort sur la déposition de deux ou trois témoins. D'un châtiment combien plus grave sera jugé digne, ne pensez-vous pas, celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, tenu pour profane le sang de l'alliance dans lequel il a été sanctifié, et outragé l'Esprit de la grâce ? » (He 10, 26-29)

Par conséquent, le sacrifice du Christ n'enlève pas les péchés commis consciemment, volontairement contre Jésus. Celui qui refuse d'accueillir les grâces du sacrifice du Christ sur la croix en refusant de lui demander pardon pour ses péchés sera condamné au feu éternel.

On lit encore chez saint Paul : « En ce moment je trouve ma joie dans les souffrances que j'endure pour vous, et je complète en ma chair ce qui manque aux épreuves du Christ pour son Corps, qui est l’Église » (Col 1, 24 ; Traduction de Louis Second : « aux souffrances de Christ pour son corps »). Cela signifie encore que les hommes déjà sanctifiés, rendus parfaits par l'unique sacrifice de Jésus sur la Croix (cf. He 10, 10.14) ont encore quelques efforts à faire pour être sauvés.

Ce qu'il faut comprendre à travers tous ces textes, c'est qu'en mourant sur la Croix, le Christ nous a donné la possibilité d'avoir le pardon des péchés (cf. Ep 1, 7). Il a réellement versé son sang pour le pardon des péchés. Pour bénéficier du pardon des péchés, plusieurs possibilités nous sont offertes :

  • Le baptême, qui ne peut être reçu qu'une seule fois (Ep 4, 5) : « que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés » (Ac 2, 38) ; « Ou bien ignorez-vous que, baptisés dans le Christ Jésus, c'est dans sa mort que tous nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême dans la mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous vivions nous aussi dans une vie nouvelle. Car si c'est un même être avec le Christ que nous sommes devenus par une mort semblable à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection semblable ; comprenons-le, notre vieil homme a été crucifié avec lui, pour que fût réduit à l'impuissance ce corps de péché, afin que nous cessions d'être asservis au péché. Car celui qui est mort est affranchi du péché. Mais si nous sommes morts avec le Christ, nous croyons que nous vivons aussi avec lui » (Rm 6, 3-7).

  • Le regret et la confession de nos péchés : « Si nous confessons nos péchés, lui, fidèle et juste, pardonnera nos péchés et nous purifiera de toute iniquité » (1 Jn 1, 9). « Recevez l'Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus » (Jn 20, 22-23).

  • Pardonner aux autres : « Oui, si vous remettez aux hommes leurs manquements, votre Père céleste vous remettra aussi ; mais si vous ne remettez pas aux hommes, votre Père non plus ne vous remettra pas vos manquements » (Mt 6, 14-15)

La messe est-elle un sacrifice ?

Voir la réponse à la question : Questions et réponses sur l'Eucharistie

Pin It

Newsletter

Inscrivez-vous pour être avisé de nos nouvelles publications.
Je prends aujourd'hui à témoin contre vous le ciel et la terre : je te propose la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction. Choisis donc la vie !

_Deutéronome 30, 19

 

http://parolesdevie.bf

Login Form

Parolesdevie.bf

Ce site vous est offert par l'Abbé Kizito NIKIEMA,
prêtre de l'archidiocèse de Ouagadougou.

Lire plus

www.catholique.bf

Suivez-nous sur Twitter

Suivez-nous sur Facebook