Paroles de vie

Les Saintes Écritures et le Baptême

Plan de l'article : 1. Position de Justforcatholics.org - 2. Réponse catholique

 

1. Position de Justforcatholics.org

Question 22: Que disent les Ecritures à propos du baptême ?

Réponse: Le baptême est un sujet qui provoque beaucoup de controverses. Qui doit être baptisé ? De quelle manière baptiser ? Et, ce qui est plus important, quelle est la signification du baptême ?

J'aimerais parler brièvement de cette question fondamentale: Est-ce que le baptême est la causel'instrument du salut, ou est-il le signe que l'on est sauvé ? En d'autres termes, est-ce que l'on est sauvé par le baptême, ou ne doit-on baptiser que ceux qui ont été préalablement sauvés ?

L'Eglise Catholique enseigne que le baptême est l'instrument du salut, et que c'est le rite du baptême d'eau qui procure la justification et la régénération.

"Par le baptême, tous les péchés sont pardonnés, le péché originel et tous les péchés personnels… Non seulement le baptême purifie de tous les péchés, mais il fait aussi du néophyte une nouvelle créature" (Catéchisme de l'Eglise Catholique, paragraphes 1263 et 1265).

En outre, selon l'enseignement de l'Eglise Catholique, le baptême agit "ex opere operata", c'est-à-dire par le fait même que l'acte du baptême ait été accompli (Catéchisme, paragraphes 1127 et 1128). Cela permet donc d'administrer efficacement le baptême à des bébés, et d'affirmer qu'ils sont donc nés de nouveau et purifiés du péché originel, même s'ils ne peuvent pas exercer leur foi personnelle en Christ.

Je suis convaincu que cette doctrine catholique ne peut être prouvée par la Bible. En revanche, une étude des références bibliques concernant le baptême d'eau montre que, dans l'Eglise apostolique, le baptême était administré après la conversion, c'est-à-dire à ceux qui avaient entendu l'Evangile, qui s'étaient repentis, et qui avaient cru en Christ. La Bible enseigne que ceux qui croient en Christ sont nés de nouveau et pardonnés. Il est donc impossible que le baptême, en lui-même, soit l'instrument de la régénération et de la justification. Le baptême est nécessairement le signe d'une réalité qui précède l'acte lui-même.

Pour prouver mes affirmations, je dirai ceci:

1. Le baptême d'eau était toujours administré à des gens qui s'étaient d'abord convertis.

On peut vérifier cette vérité en lisant les passages suivants: Matthieu 28:19 ; Marc 16: 15-16 ; Actes 2:38 ; 2:41 ; 8:12-13 ; 8:36-37 ; 10:47-48 ; 16:14-15 ; 16:32-34 ; 18:8 ; 19:4-5 ; 22:16 ; 1 Pierre 3:21. Remarquez l'emploi de mots tels que "repentance", "croire", "foi", et "invoquer le nom du Seigneur". Tous ces mots décrivent une conversion préalable à Christ.

2. Tous ceux qui se repentent et qui croient en Christ sont nés de nouveau et pardonnés.

Ceci est enseigné partout dans la Bible. Par exemple: "Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu, et quiconque aime celui qui l'a engendré aime aussi celui qui est né de lui" (1 Jean 5:1). Et encore: "Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ" (Romains 5:1).

Ainsi, quand un Chrétien obéit à l'ordre du Seigneur et entre dans l'eau du baptême, il est déjà né de nouveau et justifié, puisqu'il a déjà "cru", et qu'il est dans la foi. Il est clair que le baptême ne peut pas être la cause de sa régénération, ni de sa justification.

3. Aucun passage biblique ne peut être vraiment invoqué pour défendre une autre position.

Certains versets de la Bible semblent enseigner que le baptême donne la purification des péchés. Toutefois, un examen plus attentif montre qu'il n'en est rien.

Dans Actes 22:16, nous lisons qu'Ananias dit à Paul: "Et maintenant, que tardes-tu ? Lève-toi, sois baptisé, et lavé de tes péchés, en invoquant le nom du Seigneur" (Actes 22:16). Certains en concluent trop rapidement que c'est le baptême qui lave des péchés. Toutefois, grammaticalement, "lavé de tes péchés" est rattaché à "en invoquant le nom du Seigneur", pas à "sois baptisé". Quand quelqu'un invoque le nom du Seigneur pour être sauvé, il est purifié de ses péchés. Le baptême est alors le signe visible de la purification de ses péchés.

De même, dans 1 Pierre 3:21, l'apôtre dit ceci: "Cette eau était une figure du baptême, qui n'est pas la purification des souillures du corps, mais l'engagement d'une bonne conscience envers Dieu, et qui maintenant vous sauve, vous aussi, par la résurrection de Jésus-Christ".

L'apôtre veut dire que nous devons éviter de croire que c'est le rite du baptême en soi qui nous sauve. Le baptême ne pourrait que nous purifier des souillures du corps. Le rite du baptême n'est rien en soi, et il ne produit aucun effet spirituel, s'il n'est pas accompagné d'une "bonne conscience envers Dieu". Le baptême ne peut donc sauver un bébé qui, en raison de son âge, ne peut pas invoquer personnellement Dieu, comme la Bible l'exige.

4. La position de l'Eglise Catholique n'est pas prouvée par le témoignage de la Bible.

Pour prouver la doctrine Catholique de la régénération par le baptême, il faudrait prouver que le baptême entraîne la justification et la régénération, sans la foi personnelle en Christ. Pourtant, la Bible associe toujours le baptême à la foi. Par exemple:

"Ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l'a ressuscité des morts" (Colossiens 2:12).

"Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ ; vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ" (Galates 3:26-27).

Notez que la Bible ne sépare pas le baptême d'une foi personnelle en Christ, comme le fait l'Eglise Catholique en prétendant que des bébés sont régénérés par le sacrement du baptême.

En résumé, l'ordre correct indiqué par la Bible pour être sauvé est le suivant: Tout d'abord, la prédication de l'Evangile, suivie par une foi personnelle en Jésus-Christ. Ceux qui croient sont alors régénérés et justifiés. Christ commande alors à ceux qui sont devenus Ses disciples, et qui croient en Lui, d'être baptisés au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit:

"Allez, faites de toutes les nations des disciplesles baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde" (Matthieu 28:19-20).

© Dr Joseph Mizzi. Used by permission. Source : http://www.justforcatholics.org/fr22.htm (05/04/2020)

2. Réponse catholique

Le baptême sauve

Si c'est la foi qui sauve et non le baptême, alors celui qui croirait en Jésus et qui refuserait le baptême serait sauvé aussi. Or, ce n'est pas le cas.

Saint Pierre dit explicitement : « c'est le baptême qui vous sauve à présent » (1 P 3, 21). En montant au ciel, Jésus dit à ses disciples : « Allez dans le monde entier, proclamez l'Evangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé … » (Mc 16, 15-16). Par conséquent, on ne peut pas se contenter de croire sans baptême et prétendre qu'on sera sauvé. L'évangile de Mathieu est encore plus explicite : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit ... » (Mt 28, 20). C'est donc qu'on devient disciple du Christ par le baptême, et non par la profession de foi uniquement.

A la Pentecôte, Pierre a prêché. Touchés, les gens lui demandent ce qu'il faut faire. La réponse est : « que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus Christ » (Ac 2, 38). On ne peut donc pas se contenter de croire sans demander le baptême. La nécessité du baptême pour être sauvé est ce que Jésus dit avec insistance à Nicodème : « En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d'eau et d'Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu » (Jn 3, 5). Naître de nouveau, c'est ce qu'on appelle précisément une régénération. C'est le baptême qui régénère, et non pas la foi seule sans baptême.

Le baptême sauve, il est vrai, mais celui qui reçoit le baptême et qui ne vit pas selon les enseignements du Christ ne saurait être sauvé, car, dit Jésus, « ce n'est pas en me disant : Seigneur, Seigneur, qu'on entrera dans le Royaume des Cieux, mais c'est en faisant la volonté de mon Père qui est dans les cieux » (Mt 7, 21).

Foi et baptême

Bien souvent ceux qui demandent le baptême n'ont pas une foi parfaite, bien mûre. Ils se sentent attirés par le Christ à entrer dans son Église. L'approfondissement de leur foi se fait pendant la préparation au baptême et se poursuit bien après le baptême avec le contact des autres chrétiens. C'est ainsi par exemple que dans les Actes des Apôtres, Philippe rejoint un Éthiopien qui ne comprenait pas un passage du livre du prophète Isaïe. Quand Philippe lui a expliqué ce passage, il s'écria sur le chemin : « Voici de l'eau. Qu'est-ce qui empêche que je sois baptisé ? » (Ac 8, 36). Et Philippe le baptisa.

La foi qui est requise pour le baptême n'est pas une foi parfaite et mûre, mais un début qui est appelé à se développer.

Le baptême efface les péchés

Le baptême efface tous les péchés. C'est ce que nous enseigne la Bible. Par exemple, Pierre à la Pentecôte dit ce qui suit à ceux qui l'avaient entendu parler de Jésus : « Repentez-vous, et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés, et vous recevrez alors le don du Saint Esprit » (Ac 2, 38).

Saint Paul le rappelle aussi dans la lettre aux Romains que le baptisé est dépouillé du vieil homme pécheur pour vivre une vie nouvelle dans le Christ :

« Ou bien ignorez-vous que, baptisés dans le Christ Jésus, c'est dans sa mort que tous nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême dans la mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous vivions nous aussi dans une vie nouvelle. Car si c'est un même être avec le Christ que nous sommes devenus par une mort semblable à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection semblable ; comprenons-le, notre vieil homme a été crucifié avec lui, pour que fût réduit à l'impuissance ce corps de péché, afin que nous cessions d'être asservis au péché. Car celui qui est mort est affranchi du péché. Mais si nous sommes morts avec le Christ, nous croyons que nous vivons aussi avec lui » (Rm 6, 3-7).

Ce passage montre de nouveau que le baptême est une nouvelle naissance, une mort au péché pour naître dans la vie divine. C'est le baptême qui est une régénération, et non pas la foi en Jésus en tant que telle, même si le baptême est demandé avec une certaine foi.

Le baptême agit « ex opere operato »

Tout le monde ne comprend pas (bien) le latin et ce n'est pas un crime. Le baptême agit « ex opere operato ». Cela signifie littéralement que le baptême agit « par le fait même que l'action est accomplie ». En d'autres termes, celui qui est baptisé reçoit les grâces liées au baptême, quelque soient la vie morale et les mérites de celui qui lui administre le baptême. Ainsi donc, celui qui est baptisé est revêtu du Christ, même si celui qui l'a baptisé venait de commettre un péché très grave, selon qu'il est écrit : « Vous tous en effet, baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ » (Ga 3, 27).

Le contraire de « ex opere operato » est « ex opere operantis ». Cette dernière expression qualifie les actions dont la sainteté de celui qui les accomplit compte, par exemple, prier pour la guérison d'un malade.

Le baptême des bébés et des petits enfants

La Bible nous rapporte des cas où des personnes ayant reçu l'annonce la Bonne Nouvelle ont été baptisés avec toute leur maisonnée. C'est le cas de ce gardien de prison qui gardait Paul et Silas, dont il est écrit : « Le geôlier les prit avec lui à l'heure même, en pleine nuit, lava leurs plaies et sur-le-champ reçut le baptême, lui et tous les siens » (Ac 16, 33). Saint Paul dit également : « j'ai baptisé encore la famille de Stéphanas » (1 Co 7, 16).

Dans les Actes des Apôtres, Paul a encore baptisé une dame et toute sa famille : « Nous étant assis, nous adressâmes la parole aux femmes qui s'étaient réunies. L'une d'elles, nommée Lydie, nous écoutait ; c'était une négociante en pourpre, de la ville de Thyatire ; elle adorait Dieu. Le Seigneur lui ouvrit le cœur, de sorte qu'elle s'attacha aux paroles de Paul. Après avoir été baptisée ainsi que les siens, elle nous fit cette prière : "Si vous me tenez pour une fidèle du Seigneur, venez demeurer dans ma maison." Et elle nous y contraignit » (Ac 16, 13-15).

Ceux qui refusent le baptême des bébés et des petits enfants ont coutume de dire que rien ne prouve qu'il y avait des petits enfants ou des bébés dans la famille du geôlier ou de Stéphanas. Mais rien ne prouve aussi qu'il n'y en avait pas. Sans oublier qu'il faut préciser que la famille, ce n'est pas seulement papa, maman et les enfants.

On sait également que les Apôtres n'ont pas tout écrit, et qu'ils transmettaient certaines instructions oralement. C'est ainsi qu'on lit dans la troisième épître de saint Jean : « J'aurais beaucoup de choses à te dire. Mais je ne veux pas le faire avec de l'encre et un calame. J'espère en effet te voir sous peu, et nous nous entretiendrons de vive voix » (3 Jn 13-14). C'est pourquoi l’Église catholique tient compte de la manière dont les chrétiens des premiers siècles ont vécu sous l'action de l'Esprit Saint, en tenant compte des enseignements écrits ou oraux des Apôtres.

Or, on trouve dans les écrits des premiers chrétiens (qui ne sont pas dans la Bible) qu'on a toujours baptisé les bébés et les enfants sur la base de la foi de leurs parents. Il n'y a donc pas de raison qu'aujourd'hui, on refuse de baptiser les enfants, surtout si l'on connaît les grâces que confèrent le baptême : être revêtu du Christ (Ga 3, 27), être régénéré par l'eau et par l'Esprit (Jn 3, 5), recevoir le pardon de ses péchés personnels et du péché originel (Ac 2, 38 ; Rm 6, 3-7). Le Psalmiste ne dit-il pas qu'il était pécheur dès le sein de sa mère (Ps 50(51), 7) ?

Pin It

Newsletter

Inscrivez-vous pour être avisé de nos nouvelles publications.
Je prends aujourd'hui à témoin contre vous le ciel et la terre : je te propose la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction. Choisis donc la vie !

_Deutéronome 30, 19

 

http://parolesdevie.bf

Login Form

Parolesdevie.bf

Ce site vous est offert par l'Abbé Kizito NIKIEMA,
prêtre de l'archidiocèse de Ouagadougou.

Lire plus

www.catholique.bf

Suivez-nous sur Twitter

Suivez-nous sur Facebook