Dieu et le coronavirus

Qui est a l’origine du Covid-19 : Dieu ou l’homme ?

Nous devrions affirmer, sans ambages, que Dieu n’est pas l’auteur du mal. La souffrance, la maladie, les calamités et catastrophes, bref les maux dans la nature manifestent les limites propres et inhérentes des créatures (cf. Catéchisme de l’Eglise Catholique n° 385) et peuvent aussi être liées aux conséquences de l’exercice de la liberté humaine. Une telle affirmation peut être parfois difficile à accepter selon notre conception de Dieu et notre expérience de la vie. Pourtant, c’est une vérité de la foi chrétienne : Dieu n’a pas créé le mal et ne veut pas le mal. Cette vérité de foi est à comprendre à partir du mystère de l’amour de Dieu : fondamentalement, « Dieu est Amour » (1 Jn 4, 16) et il a créé l’homme par amour. Or, une des caractéristiques essentielles de l’amour, c’est le respect de la liberté de l’être aimé, à commencer par le respect de son choix d’accepter ou de refuser l’amour qui s’offre à lui. Ainsi l’amour de Dieu pour l’homme se manifeste hautement dans son infini respect de la liberté humaine.

Prenant donc en compte ces éléments (l’amour de Dieu, son respect de la liberté de l’homme, la possibilité pour l’homme d’accepter ou de refuser cet amour), il serait difficile pour l’homme de rejeter sur Dieu toute responsabilité de l’existence ou de la diffusion du mal et des malheurs qui surviennent dans le monde.

Dans cette dynamique, croire que Dieu serait à l’origine du Covid-19, reviendrait à se faire (projeter) une représentation d’un Dieu-Dictateur ou d’un Dieu-Méchant qui châtie les hommes et manipule ses créatures comme des marionnettes en leur imposant un destin décidé à l’avance. Une telle croyance qui relèverait du déterminisme ne serait pas conforme à la doctrine catholique ! Le chrétien, en cette période de pandémie, devrait donc se défaire de telles conceptions pour grandir dans sa foi en un Dieu d’amour qui respecte la liberté humaine et qui ne veut pas le malheur des hommes. Oui, Dieu ne veut pas la mort du pécheur mais il veut qu’il se convertisse et qu’il vive. (Cf. Ez 18, 23) Mais en poursuivant notre réflexion, nous pourrions nous demander : « Si Dieu n’est pas l’auteur du Covid-19, faut-il penser que tout de même, il permet ce mal d’exister ? »

Abbé Valery SAKOUGRI,
Vicaire à la paroisse de Pabré
BURKINA FASO